Belgique

Les 2020 canaris et perruches, qui étaient bloqués à l'aéroport de Liège pour des raisons sanitaires, sont finalement bien arrivés à Pairi Daiza, "où ils sont en quarantaine officielle pour 30 jours", a annoncé samedi le parc animalier situé à Brugelette.

A l'origine, ces volatiles avaient été acheminés vers Israël au début du mois, mais sur place, les autorités douanières israéliennes avaient constaté des anomalies dans l'enregistrement de certains oiseaux. Israël leur a dès lors refusé l'accès au territoire et a réexpédié les oiseaux vers la Belgique où ils ont atterri à Liege Airport dans la soirée du 14 février.

Lorsque des animaux arrivent d'un pays étranger, ils doivent être mis en quarantaine en raison des risques de générer des maladies lors du transit dans un pays tiers. Mais les six centres d'hébergement destinés à accueillir les oiseaux dans ces conditions étaient pleins lors de l'arrivée des 2.000 canaris concernés.

Alors que les oiseaux risquaient l'euthanasie, le ministre fédéral de l'Agriculture, Denis Ducarme, s'est ému de la situation et Pairi Daiza s'est proposé d'accueillir les oiseaux.

Le 15 février, Pairi Daiza a introduit auprès de l'Afsca une demande d'agrégation d'un lieu de quarantaine au sein du parc. La demande a été traitée en urgence et a finalement reçu une réponse positive.

Les oiseaux sont donc arrivés à Pairi Daiza ce samedi matin. Leur propriétaire les a acheminés depuis Bierset. "Pairi Daiza a trouvé un endroit sûr où tant le bien-être des animaux que les normes sanitaires seront respectés. L'Afsca, le ministre Denis Ducarme ainsi que Pairi Daiza ont ensemble œuvré à la mise en place d'une solution humaine et respectueuse des animaux", assure le parc animalier dans un communiqué.

Les oiseaux, dont certains individus appartiennent à des espèces protégées par la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites), vont à présent être mis en quarantaine pendant 30 jours, conformément à la législation.

"Leur avenir se décidera en concertation avec leur propriétaire. Pairi Daiza se donne le temps de trouver la meilleure solution pour garantir le bien-être des oiseaux qui sont désormais sous sa protection", conclut le parc.