"Comment peut-on d'un côté limiter les contacts au domicile privé à une seule personne par semaine et dans le même temps, garder le secteur des titres-services ouvert ?", s'interroge la Centrale générale de la FGTB, qui dénonce des "décisions politiques totalement schizophrènes et incompréhensibles pour les aide-ménagères" et appelle à la fermeture du secteur "Les différents gouvernements doivent être cohérents ! On ne peut pas limiter les visites à une personne par semaine et laisser les aide-ménagères entrer et sortir dans des dizaines de foyers ! ", s'insurge le syndicat.

Le secteur des titres-services représente 140.000 travailleuses et plus d'un million d'utilisateurs, dont 24% dans la tranche des plus de 65 ans. "Le risque est donc réel", poursuit la FGTB. "Ajoutons à cela le fait que les clients sont chez eux, en raison du télétravail ou pour garder leurs enfants et on comprend vite l'incohérence."

C'est pourquoi l'organisation demande la fermeture du secteur et exhorte les gouvernements régionaux à utiliser les budgets prévus pour les aide-ménagères.

"Le monde politique doit à tout prix éviter que les travailleuses qui ont déjà lourdement subi le premier confinement ne sombrent encore plus dans la précarité", conclut le syndicat.