La valse des travaux commencée il y a deux ans porte ses fruits

BRUXELLES Comparées récemment par un ministre belge à l’Afghanistan, les autoroutes wallonnes semblent aller mieux.

Alors qu’après chaque hiver un tantinet trop rude, le revêtement ne semblait pas tenir le coup, provoquant çà et là des nids-de-poule de plus en plus importants, pour de nombreux usagers les choses ont l’air de changer.

“Je ne sais pas si on peut dire que le réseau s’améliore vraiment; en tout cas, on peut affirmer qu’il ne se détériore plus.

“Il y a deux ans, c’était la catastrophe. Maintenant, l’hiver n’est pas encore là et il faudra voir après si le réseau a tenu le coup. Mais c’est vrai que c’est quand même meilleur que ce qu’on a pu avoir par le passé. Je pense que c’est évidemment dû à la qualité des travaux et des matériaux utilisés” , explique André Decorte, délégué à la gestion journalière de l’ASBL Partageons la route, une coupole qui regroupe de nombreuses associations centrées sur la route et la sécurité routière.

Même son de cloche du côté des motards. Fedemot, une association créée en 1999 pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur les trous dans les routes, précise ceci : “Oui, c’est vrai, il y a des tronçons qui ont été refaits. Il y a manifestement une volonté de faire évoluer les choses.

“Avant Lutgen (qui avait cette question en charge avant de devenir président du CDH), les choses se faisaient sur un coin de table et les matériaux utilisés n’étaient pas bons.

“Désormais, il y a un cahier des charges à respecter pour les entrepreneurs. On sent que quelque chose se met en place pour améliorer la qualité du réseau” , explique le président de Fedemot, Jean-Marie Jorssen.

Mais notre interlocuteur se veut plus nuancé, lorsqu’il aborde le cas des routes communales : “Le réseau wallon, c’est seulement 8.000 km. Dans les communes, les bourgmestres agissent comme s’ils étaient Dieu le Père et beaucoup font n’importe quoi.

“Je vous donne un exemple : à Sprimont, une région où la pierre est emblématique, ils ont construit un rond-point sur lequel ils ont installé de grosses pierres. Ce genre de chose ne laisse aucune chance au motard ou à l’automobiliste qui quitte la route.”

Tout est donc loin d’être parfait, mais la Wallonie retrouvera peut-être bientôt un réseau dont elle peut être fière. Du moins, nous l’espérons.



© La Dernière Heure 2012