Malgré les assouplissements des derniers comités de concertation et la possibilité d'organiser des événements de masse à partir de la mi-août à l'aide d'un certificat "covid safe", les bourgmestres de Boom et Rumst ont pris la décision de ne pas accorder de permis à Tomorrowland.

Le festival de musique électro était prévu pour le dernier week-end d'août et le premier week-end de septembre à Boom, à la frontière avec Rumst. Mais les bourgmestres craignent que leurs forces de police ne soient pas en mesure de gérer le contrôle des certificats "covid safe" et de garantir l'ordre public. Ils pensent également qu'un événement réunissant 75 000 personnes est trop précoce quant à la propagation du virus, ce que soutiennent aussi les virologues, bien que cela soit légalement possible.

"Nous allons bien sûr accepter l'invitation à cette consultation", déclare Jurgen Callaerts, le maire de Rumst (N-VA) au quotidien Het Nieuwsblad. "Nous écouterons ce que le gouvernement a à dire. Bien que je ne vois pas ce qui a changé par rapport à jeudi, lorsque nous avons pris la décision de ne pas accorder de permis à Tomorowland."

"On dirait que nous sommes deux tontons ivres"

A 15h, Jurgen Callaerts et son collègue de Boom, Jeroen Baert, étaient attendus au bureau du ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA). Le ministre flamand de l'Intérieur Bart Somers (Open VLD), la ministre fédérale de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) et la gouverneure d'Anvers Cathy Berx sont également présents. Les ministres espèrent que le festival pourra avoir lieu mais, légalement, les bourgmestres ont le dernier mot sur ce sujet.

"Maintenant, on dirait que nous sommes deux tontons ivres qui ont pris cette décision en une soirée", déplore le bourgmestre Callaerts auprès de nos confrères. "Mais nous n'avons pas pris cette décision du jour au lendemain. Il a fallu quatre semaines d'analyse et de réflexion. Nous expliquerons au gouvernement quelles sont ces considérations. Nous les écouterons, j'espère qu'ils nous écouteront aussi."

A l'heure d'écrire ces lignes, nous ignorons encore comment s'est déroulée la réunion.