La rentrée politique est chaude pour Guy Verhofstadt

BRUXELLES Le début de millénaire est rude pour Guy Verhofstadt (VLD). À peine rentré de son séjour en Toscane, il a dû affronter la politique d'asile hoquetante, puis déminer le conflit qui l'oppose à la ministre des Transports Isabelle Durant sur l'avenir de la SNCB.

La semaine qui vient ne devait pas être plus calme. Car jeudi et vendredi, les représentants de tous les gouvernements du pays doivent se retrouver pour finaliser la transposition légale d'un importantissime accord. IL s'agit de celui dit la Sainte-Thérèse par lequel, le 16 octobre dernier, avait été consacré le refinancement de la Communauté française, l'autonomie fiscale des Régions, la loi organisant les provinces et communes ainsi que la régionalisation de la coopération au développement.

Il semble que, depuis ledit accord, francophones et Flamands divergent désormais quant à son interprétation. `La semaine qui vient ne sera donc pas de tout repos´, concède un membre de l'entourage du Premier ministre.

En attendant, le traditionnel Conseil des ministres de ce vendredi a avalisé une série de projets. C'est le cas de l'accord de coopération entre l'Etat et les Régions sur le financement de l' assainissement des sols des stations-service.

Le prix total de cet assainissement est évalué à 17 ou 18 milliards de francs (420 à 450 millions d'). Le secteur pétrolier et les consommateurs en paieront chacun la moitié. Pour ces derniers, cela se traduira par une hausse de 0,13 F par litre d'essence, et 0,08 F par litre de diesel.

Sans surprise, le mandat de John Goossens a été renouvelé pour six ans comme administrateur délégué de Belgacom. Même chose pour tous les représentants belges du conseil d'administration de l'opérateur, du moins tant que le gouvernement ne décide pas d'en vendre de nouvelles parts au privé.

Les membres du comité consultatif de l' Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire ont également été nommés. On y retrouve des têtes connues, comme Michel Vandenbosch (Gaïa) ou Robert Rémy (Test Achats).

Par ailleurs, M. Verhofstadt a confirmé que le ministre de l'Intérieur Antoine Duquesne (PRL) se pourvoira en Cassation contre la décision de la Chambre des mises en accusation de Liège selon laquelle on ne peut expulser quelqu'un tant que le Conseil d'Etat ne s'est pas prononcé sur un recours.

Au besoin, une loi sera prise pour légaliser le système que suit le gouvernement sur ce sujet.