Le résultat budgétaire s'améliore de 1,956 milliard d'euros par rapport à la dernière actualisation, effectuée en décembre. Au lieu de clôturer l'année sur une perte, les comptes de la sécurité sociale seront positifs en 2020. L'équilibre n'est atteint que grâce à une série de mesures spécifiques, comme le versement exceptionnel par le gouvernement Fédéral de 2 milliards d'euros aux hôpitaux.

Les recettes de cotisations sociales des salariés sont supérieures de 1,4 milliard d'euros à ce qui était attendu début décembre. Une embellie qui s'explique par une reprise plus importante que prévu au troisième trimestre

Du côté des dépenses, le poste des retraites est en baisse, ce qui s'explique par la surmortalité provoquée par le coronavirus chez les plus âgés. Les chiffres sont toujours provisoires, mais le SPF constate qu'en 2020, le nombre de bénéficiaires de pensions de retraite et de survie est inférieur à celui qui avait été estimé, tant chez les hommes que chez les femmes.

Les allocations de chômage ont aussi connu une baisse de 368 millions des dépenses de l'Onem. Une baisse qui est toutefois un peu en trompe-l'œil puisqu'elle porte sur un total de dépenses qui a explosé, passant de 4,855 milliards en 2019 à 9,442 milliards en 2020, à cause bien sûr de l'explosion du chômage temporaire lié à la crise du coronavirus.

Les indemnités versées par l'Inami diminuent de 117 millions, malgré l'adaptation à la hausse de l'indemnité journalière moyenne. Une diminution qui vient essentiellement de la baisse des indemnités pour incapacité primaire - c'est-à-dire la période qui court du deuxième mois au douzième mois de l'incapacité de travail.