Le concept d'immunité subcollective prôné par Jean-Luc Gala suscite de nombreuses critiques ces dernières semaines. D'après ce spécialiste des maladies infectieuses de l’UCLouvain, puisque les jeunes ne respectent pas les règles sanitaires, "mieux vaut laisser le virus circuler parmi eux et les responsabiliser pour qu’ils portent le masque en famille ou en présence des plus fragiles que les contraindre à respecter des mesures qu’ils ne suivront pas".

Plusieurs experts de la santé ont fait part de leur consternation face à cette approche. C'est le cas de Marius Gilbert. Ce week-end, l'épidémiologiste de l'ULB signalait que cette conception "relève de l'eugénisme".

Une vision "rassuriste"

Jean-Luc Gala a aussi été pointé du doigt par certains de ses confrères pour sa vision "rassuriste" de la gestion sanitaire. Il estimait encore, dans une interview parue ce mercredi matin dans Het Laatste Nieuws, que la situation "n'est pas aussi mauvaise que ce que mes collègues en disent (...) Nous pouvons garder ce virus sous contrôle sans les mesures qui ont été prises jusqu'à présent (...) Nous détruisons notre économie, nous organisons des faillites et nous poussons les gens vers la dépression et le suicide" . Et d'ajouter : "Nous réagissons de façon excessive. Fermer l'horeca, c'est de la connerie".

Face à cette approche optimiste, le ministre fédéral de la Santé a réagi avec fermeté, ce mardi soir, sur le plateau de Terzake. "Cet homme est incroyablement frivole" , a déclaré Frank Vandenbroucke au sujet du Pr Gala. "Il n'y a pas besoin d'être infectiologue pour savoir que si vous remplissez des lits d'hôpitaux intensifs, et que vous les doublez, nous allons droit dans le mur."

Saint-Luc prend ses distances

Ce mercredi, ce sont carrément les Cliniques universitaires Saint-Luc, où Jean-Luc Gala est chef de clinique, qui ont pris leurs distances avec le médecin. "En tant qu'acteur académique majeur en Belgique, les Cliniques universitaires Saint-Luc ont à cœur de participer activement au débat public par la voie, notamment, de leurs experts scientifiques. Les Cliniques tiennent néanmoins à se distancier sans équivoque des interventions contre-productives du Pr Jean-Luc Gala dont les propos sont contraires aux valeurs et au positionnement scientifique de l'institution".


Contacté par nos soins, le chargé de communication de Saint-Luc a précisé que l'institution ne ferait pas de commentaire supplémentaire.

L’UCLouvain a répondu au message sur Twitter en disant "comprendre la position des Cliniques universitaires" .