Quelques 400 coiffeurs du pays se sont donné le mot: à 12h15 ce samedi, ils ont sorti leur matériel pour coiffeur un mannequin ou une personne de leur bulle, devant leur salon respectif. L'objectif? Protester contre la fermeture de leurs établissements et demander des aides supplémentaires pour leur permettre de survivre à la crise.

Selon une enquête menée par Coiffure.org, 74% des coiffeurs considèrent que la crise actuelle représente une réelle menace pour la poursuite de leurs activités. Selon le secteur, les mesures de soutien flamandes et wallonnes sont insuffisantes pour compenser les frais fixes. A Bruxelles, les coiffeurs déplorent une absence totale d'aides financières.

© BELGA

Le secteur exige une réouverture des salons pour également éviter des situations de concurrence déloyale. En effet, les salons de coiffure et les barbiers ont pu à nouveau ouvrir en Allemagne, aux Pays-Bas, au Luxembourg ou encore en France, ce inquiète Jef Vermeulen, président de Coiffure.org: "S’il ne nous est pas permis de réouvrir rapidement, les gens passeront les frontières".

L'action menée ce samedi était symbolique et se voulait être une manière de sensibiliser à la cause des coiffeurs du pays. Les coiffeurs invitent par ailleurs tous leurs clients à les soutenir en utilisant le hashtag #jeveuxmoncoiffeur.

Le cri du coeur des coiffeurs semble avoir été entendu par le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Pierre-Yves Jeholet (MR) a en effet demandé ce samedi la tenue d'un nouveau Comité de concertation le 18 décembre afin d'envisager la réouverture des salons de coiffure. Le libéral veut également réévaluer les mesures prises pour les fêtes de fin d'année.