"L'horeca peut faire du 'take-away'. Permettons-le aussi aux commerces non-essentiels. Que les clients puissent commander en ligne et qu'ils puissent venir chercher leurs achats en magasin ou à la porte du magasin", a ainsi expliqué Christophe Wambersie, le secrétaire général du Syndicat neutre pour Indépendants (SNI).

"Nous devrions également réfléchir à ce qu'est un commerce essentiel. Faire un cadeau, avoir une attention pour l'autre, ça peut aussi être essentiel", a-t-il ajouté en rappelant l'importance des fêtes de fin d'année pour les commerçants. "Les deux mois qui viennent représentent 40% du chiffre d'affaires de nombreux commerces", a-t-il pointé.

"En tout état de cause, nous avons besoin de décisions nationales, justifiées, étayées et cohérentes à tous les niveaux, avec un équilibre à trouver entre les grands et les petits acteurs du secteur", a encore affirmé Christophe Wambersie.

"Certains discours appellent à laisser mourir les entreprises pour que d'autres se créent. Je n'y crois pas car cette crise aura un impact psychologique très important et les éventuels entrepreneurs réfléchiront à deux fois avant de se lancer", a pour sa part estimé Arnaud Deplae, le secrétaire général de l'Union des Classes moyennes (UCM).

"J'entends bien que la Wallonie n'a pas les poches aussi profondes que la Flandre ou que la France. Mais quand ils comparent les aides au nord du pays ou chez nos voisins, les indépendants wallons se sentent abandonnés", d'autant que les décisions prises leur semblent injustes, a-t-il poursuivi.

"Dans l'horeca, par exemple, les restaurateurs et les cafetiers ne comprennent pas pourquoi ils ont dû fermer alors qu'ils s'étaient adaptés et avaient fait tout ce qu'on leur avait demandé", notamment en tenant des registres de leurs clients, a détaillé le responsable de l'UCM. Or, ces données récoltées par les professionnels de l'horeca pour le traçage de contacts n'ont pratiquement pas été récoltées par les autorités. "Ils se sentent punis alors que de leur côté, ils ont tout fait", a-t-il regretté.