L'agence fédérale Fedasil oriente en premier lieu les personnes surtout vers les hébergements collectifs déployés par les villes et communes, qui seront chargées de contrôler les hébergements proposés par des particuliers sur leurs territoires. Mehdi Kassou recommandait notamment de ne pas placer des femmes seules, avec ou sans enfants, chez des hommes seuls et de déployer un suivi centralisé pour l'ensemble des hébergements, qui repose sur des évaluations continues du relationnel entre hébergeurs et hébergés réalisées avec l'appui des communes. '

Les Ukrainiens en fuite bénéficient d'une protection automatique. Après leur enregistrement par l'Office des étrangers à l'ancien hôpital Jules Bordet et la prise de leurs empreintes afin de faciliter les contrôles de sécurité, Fedasil les oriente vers les bâtiments communaux, salles de sport et autres centres de jeunesse mis à disposition par les Communes. "Dans un premier temps, il s'agit surtout d'un accueil collectif", souligne un porte-parole du cabinet de Sammy Mahdi. Quant aux initiatives citoyennes, il explique que chaque "commune fait l'inventaire de toutes les places d'accueil de crise disponibles sur son territoire et en fait part au Centre national de crise", qui prend en charge la coordination avec Fedasil.

Le porte-parole du cabinet ajoute que le contrôle des places d'accueil de crise relève de la compétence des pouvoirs locaux et régionaux. Des suggestions leur ont cependant été adressées. Il leur a par exemple été conseillé de demander aux hébergeurs de fournir des certificats de bonne conduite, vie et moeurs. "Il est important que les autorités locales contribuent à garantir la sécurité et à éviter toute forme d'abus au sein des foyers proposés par des particuliers", selon les conseils formulés par le gouvernement via la foire aux questions du site info-ukraine.be.

"On doit tous travailler ensemble dans un tel moment de notre histoire", a conclu le porte-parole du Cabinet de Sammy Mahdi. "Deux millions d'Ukrainiens sont actuellement en fuite vers l'Union européenne. C'est une situation inédite".