Les six femmes rapatriées cette nuit depuis le camp Roj, au nord de la Syrie, ont été emmenées dans différentes prisons après avoir dit au revoir à leurs enfants. Cinq d'entre elles ont déjà été condamnées pour terrorisme, tandis que la dernière doit encore être jugée, a précisé le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw lors d'une conférence de presse samedi matin. Les dix enfants qui les accompagnaient, qui sont nés entre 2012 et 2019, ont été emmenés à l'hôpital pour vérification de leur état de santé mentale et physique. Ils sont désormais sous la responsabilité du parquet de la Jeunesse.