Située dans le département français des Ardennes, cette centrale est située à quelques kilomètres de la Belgique, dans la pointe de Givet. Dans un courrier adressé au président français Emmanuel Macron, des élus des Ardennes françaises ont indiqué être volontaires pour qu'"un ou plusieurs réacteurs de nouvelle génération" s'installent à Chooz qui compte déjà deux réacteurs nucléaires, rapportait la presse locale la semaine dernière. Le maire Les Républicains (droite) de Charleville-Mézières et président d'Ardenne Métropole Boris Ravignon dit être à l'initiative de ce courrier.

Cette proposition n'est pas du goût des écologistes. Selon eux, le choix du site est irréaliste, en raison des périodes d'étiage de la Meuse de plus en plus fréquentes. Du fait du changement climatique, le débit devient depuis plusieurs années insuffisant chaque fin d'été pour alimenter la centrale actuelle ; ainsi un voire deux réacteurs doivent être arrêtés pendant de nombreuses semaines.

"Cette volonté d'implanter de nouveaux réacteurs aux portes de la Belgique m'inquiète au plus haut point", ajoute la députée fédérale Cécile Cornet (Ecolo), élue de la circonscription de Namur. "Elle nous expose directement. Elle va à total contre-courant du choix, posé par notre pays, de tourner progressivement la page du nucléaire pour basculer vers un modèle énergétique plus sûr, plus propre, plus sobre et plus indépendant. Je vais interroger la ministre de l'Intérieur (Annelies Verlinden) à ce sujet."