La semaine prochaine, les cours seront suspendus dans les écoles primaires. Durant cette semaine, les élèves seront présumés en absence justifiée. Des garderies seront toutefois organisées pour les enfants dont les parents travaillent.

Contrairement à ce qui avait été décidé lors de la première vague, celles-ci ne seront pas réservées aux enfants de soignants mais pourront accueillir tous les enfants qui en ont besoin.

"Les garderies seront ouvertes à tous les élèves. Je préfère savoir les élèves à l’école que dans les rues ou chez eux dans un logement exigu ou inconfortable. Des professeurs volontaires organiseront des tournantes et proposeront des activités et des animations pour les enfants présents", explique Christine Toumpsin, directrice de l’Institut Notre-Dame à Bruxelles et présidente du collège des directeurs de Bruxelles et du Brabant wallon (enseignement libre).

Pendant cette période, certaines écoles fourniront du travail aux enfants. "Les équipes pédagogiques peuvent donner des exercices aux élèves pour les aider à garder le contact avec l’école. L’idée n’est pas de voir de la nouvelle matière mais de consolider ce qui a été vu ", précise la directrice.

Enfin, si les cours sont suspendus, les enseignants ne seront pas pour autant d’ores et déjà en vacances. La CGSP-Enseignement et la CSC-Enseignement dénoncent à ce propos des messages qui ont été transmis aux professeurs pour les obliger à être présents dans les locaux de l’école. "La circulaire précise que les enseignants doivent être présents pour organiser des garderies, pas pour assister à des réunions ou avancer sur les plans de pilotage. On a vraiment l’impression qu’on ne fait pas confiance aux enseignants et qu’on imagine qu’ils vont tous partir en vacances ou profiter de la semaine pour faire leurs achats de Noël", dénonce le président de la CSC-Enseignement Roland Lahaye.