Les nouvelles contaminations au coronavirus ralentissent et baissent légèrement, selon les dernières données diffusées par l'institut de santé publique Sciensano. Le nombre des décès et des hospitalisations augmente. La tendance observée depuis plusieurs jours se confirme.

Le virologue et porte-parole interfédéral Steven Van Gucht a tout d'abord tenu à rappeler l'importance de la quarantaine et de l'isolement en cas de contamination, potentielle ou avérée, au coronavirus: "Il est très important de respecter les mesures de quarantaine et d'isolement pour limiter au maximum la propagation du virus. En 1 ou 2 semaines, vous entrez en contact avec de nombreuses personnes: votre famille, vos amis ou vos collègues et vous risquez de les infecter à leur tour", a-t-il expliqué. " La quarantaine de 14 jours et l'isolement, qui est de minimum 7 jours, ont donc un but commun: empêcher que vous ne transmettiez le virus à d'autres personnes", a-t-il poursuivi.


Frédérique Jacobs a, elle, mis en évidence le taux de positivité, c'est-à-dire le taux de tests positifs, qui continue à augmenter à Bruxelles: "Il est actuellement de 6,7%. Si ces évolutions se poursuivent, Bruxelles aura dans deux jours un total hebdomadaire supérieur à celui d'Anvers", a-t-elle affirmé. Heureusement, le reste du territoire s'en sort mieux: "La plupart des provinces connaissent une baisse de leur moyenne des contaminations hebdomadaires, il n'y en a que trois où ce n'est pas le cas".


Par ailleurs, elle a souligné que les décès ont augmenté par rapport à la semaine précédente mais qu'il faudra cependant vérifier ces prochains jours si ces décès étaient liés à la canicule qui a récemment touché le pays.


Antoine Iseux, est, quant à lui, revenu sur les mesures actuelles qui frappent les voyages: formulaire à remplir, voyages hors espace Schengen, quarantaine... Le porte-parole du Centre de crise espère que les Belges continueront à respecter toutes les règles en place lors de leurs vacances à l'étranger afin de continuer à endiguer la pandémie de coronavirus.


Les experts ont également apporté des précisions à propos des tests salivaires: "Cette méthode serait moins traumatisante et les tests pourraient ainsi être effectués plus aisément sur les enfants". Le problème, expliquent-ils, est que le test salivaire est moins fiable que le test rhino-pharyngé: "Le test pourrait ne pas détecter le virus s'il ne se trouve pas en grande quantité. Toutes ces méthodes sont prometteuses mais ont des indications bien spécifiques et ne conviennent pas pour toutes les situations", ont-ils précisé.


Depuis une ou deux semaines, des foyers de contaminations réapparaissent également au sein de certaines maisons de repos. "Cela témoigne que le virus circule dans la population. Il faudra une vigilance soutenue pour empêcher qu'il ne se réinstalle durablement chez ces personnes à risque. Cela passera notamment par un screening régulier des pensionnés et du personnel de ces maisons de repos", a terminé Frédérique Jacobs.


Dans le courant de la journée, Sciensano a également annoncé le décès d'une jeune femme de 20 ans, qui avait contracté le coronavirus. Elle est morte dans un hôpital en Flandre et cette victime souffrait de comorbidités chroniques et sévère, a confirmé l'institut.