Entre le 25 et le 31 octobre, une moyenne de 14.235,4 cas a été recensée chaque jour, soit un recul de 4% par rapport aux données de la semaine précédente.

"On l’avait déjà constaté ce lundi, les chiffres évoluent de manière positive, et ces tendances semblent actuellement se confirmer", a commencé Yves van Laethem, le porte-parole interfédéral.

Cette diminution s'opère actuellement chez les moins de 50 ans. "Nous aimerions que cette diminution se passe également chez les personnes plus âgées, qui sont plus à risques. Malheureusement on constate encore une augmentation chez ces personnes", a regretté M. Van Laethem. Environ 2% de la population des plus de 90 ans est positive lors des tests. Ceci correspond aux chiffres en augmentation dans les maisons de repos.

Hospitalisations : un triste record 

Pendant que le taux d’infections se stabilise, les hospitalisations, elles, augmentent encore. "Hier on a pu noter un chiffre record d'hospitalisations de 877 patients, ce qui représente une augmentation de 33% par rapport au pic de la première vague", a-t-il déclaré.

"Actuellement, dans l'ensemble du pays, on compte 7485 patients hospitalisés en raison du coronavirus, dont 1351 sont en réanimation et 60% ont besoin d'une assistance respiratoire", a-t-il annoncé. Cette situation hospitalière est bien plus grave que ce qu'on a connu lors de la première vague. Cela risque d'encore augmenter lors des prochains jours.

Le taux d'occupation des lits en soins intensifs augmente de 48% sur base hebdomadaire. Ce qui correspond à un dédoublement tous les 12 jours.

"Nous espérons rester en dessous de la capacité des 2000 lits, ce qui sera possible en continuant les efforts en cours", a insisté le virologue avant d'annoncer que "nous pourrions atteindre les 1800 lits dans les prochaines semaines à venir".

M. Van Laethem a expliqué à quel point il est important de ne pas se contenter de la courbe actuelle mais de faire en sorte d'atteindre une diminution drastique du nombre de cas, le plus rapidement possible. "Ces chiffres nous montrent très clairement que les mesures qui ont été mises en place fonctionnent. Il s'agit des mesures dictées il y a plusieurs semaines et dont nous attendons, dans les prochains jours, une accentuation des améliorations, notamment grâce aux dernières mesures mises en place."

Si les chiffres continuent à évoluer de cette manière, nous pourrons rester en dessous de la capacité maximale de nos hôpitaux. 

Des chiffres à la baisse dans plusieurs provinces

Sur la carte des infections par province, Yves Van Laethem a constaté plusieurs aspects: "Après les diminutions des provinces du centre du pays, on aperçoit également des chiffres à la baisse pour les provinces d'Anvers, du Limbourg et de Liège". Si dans d'autres provinces il persiste encore une augmentation des cas, celles-ci sont à la baisse, excepté pour la Flandre Occidentale.

Quant au nombre de décès, il augmente toujours et atteint le nombre de 136 en moyenne par jour, avec un pic atteint le vendredi 30 octobre à hauteur de 178 décès.