La Belgique craint la troisième vague. Ce mercredi, un nouveau Comité de concertation a été décrété par Alexandre De Croo afin de revoir les mesures sanitaires. Un lockdown de trois semaines a notamment été évoqué par Marc Van Ranst et Yves Van Laethem.

Dans un communiqué, relayé par la RTBF, les hôpitaux aussi ont voulu alerté le monde politique d'une situation alarmante. "Les hôpitaux belges plaident pour des mesures décisives". Voici le titre de ce dernier qui est adressé par les différentes fédérations d’hôpitaux, des 3 régions du pays.

Tout d'abord, les fédérations partagent leur inquiétude quant aux chiffres liés à la situation sanitaire. "Nous nous trouvons à un moment charnière si nous souhaitons pouvoir gérer la troisième vague. Le nombre de tests positifs, fortement à la hausse, se traduit également par une croissance du nombre d’hospitalisations et un transfert vers les soins intensifs. Les hôpitaux belges demandent des actions décisives, maintenant. Chaque jour que nous attendons reporte le moment où les contaminations pourraient de nouveau diminuer et où les soins réguliers pourraient reprendre 'normalement'".

Selon elles, "depuis dix jours, c’est l’alerte générale dans les centres de triage et les postes de garde." Pour les hôpitaux, les chiffres encore non communiqués par Sciensano sont plus que problématiques. "Rien que pour le lundi 22 mars : 282 nouveaux cas ont été enregistrés. Le cap des 600 patients Covid en soins intensifs a également été dépassé. Entre-temps, nous savons qu’à cause du variant britannique, un pourcentage plus élevé de patients hospitalisés sera par la suite transféré vers les soins intensifs. Ils représentent près d'un quart au total des patients Covid".

Nous sommes donc bien au-dessus du seuil maximum des 200 admissions hospitalières par jour. Via ce communiqué, les fédérations ont également voulu mettre l'accent sur la gravité de la situation. Et sur ce qui pourrait se produire en cas d'inaction du gouvernement. "Dans quelques jours, nous manquerons de places pour les soins aigus Covid ou non Covid à moins d’ouvrir des lits supplémentaires, tout en freinant les soins réguliers afin de réattribuer les ressources humaines nécessaires, préviennent les hôpitaux. Une situation dommageable à court et long terme pour les patients, le personnel hospitalier et notre système de santé. Une désagréable sensation de déjà-vu…"

Pour les hôpitaux, la Belgique n'a pas appris de ses erreurs. "Un an après le déclenchement de la crise Covid, les leçons devraient pourtant être connues. Pourtant, le secteur des soins a l’impression que seules des images-chocs en provenance des hôpitaux initient des mesures décisives et parviennent à convaincre tout un chacun de respecter les règles."

Enfin, en guise de conclusion, les fédérations ont tenu à souligner l'importance d'un effort conséquent pour sauver cette situation catastrophique. "La Covid-19 se propage rapidement. Soyons stricts, maintenant, avant qu’un trop grand nombre de personnes ne doivent attendre trop longtemps pour recevoir les soins dont elles ont besoin."