Belgique

En Wallonie, pour le budget 2010, les CPAS enregistrent en moyenne des dépenses ordinaires de 512 euros par habitant, en progression de 2,1%


BRUXELLES Les budgets 2010 des CPAS wallons et bruxellois continuent d'être marqués par la crise économique, qui gonfle les dépenses en matière d'aide sociale, avec un impact in fine sur les finances communales, révèle mercredi une étude réalisée par Dexia sur les finances des CPAS en Wallonie et à Bruxelles.

En Wallonie, pour le budget 2010, les CPAS enregistrent en moyenne des dépenses ordinaires de 512 euros par habitant, en progression de 2,1%. Les dépenses sont liées principalement aux frais de personnel (47,4%) et de fonctionnement (10,2%) ainsi qu'aux transferts (39,9%), qui comprennent l'aide sociale et les revenus d'intégration.

Ce dernier poste a augmenté de 9,1% entre 2009 et 2010, en raison de la crise économique, et représente le deuxième poste de dépenses (21%). Sans surprise, les CPAS des communes wallonnes urbaines voient leurs dépenses en revenu d'intégration augmenter le plus. A Bruxelles, les dépenses des CPAS s'élèvent en moyenne à 794 euros par habitant, en croissance de 9% sur un an.

Si les dépenses de personnel et de fonctionnement sont de respectivement 38,8% et 9,5%, les dépenses de redistribution atteignent 50,4%. Dans ce poste, les dépenses de revenu d'intégration occupent plus d'un quart des dépenses des CPAS bruxellois et sont en hausse de 12,3%, toujours en raison de la crise. Entre 2007 et 2010, les dépenses de revenus d'intégration des CPAS bruxellois auront augmenté en moyenne de 14,1%.

Enfin, l'intervention des communes en faveur des CPAS atteint, pour les budgets 2010, 114 euros par habitant en Wallonie et 225 euros à Bruxelles. Une dotation qui ne cesse d'augmenter et qui risque à terme de devenir un véritable casse-tête financier pour certaines communes.

© La Dernière Heure 2011