"Ouvrir en juin, on l’espère mais on nous avait aussi promis la foire du Midi, la foire de Liège, les marchés de Noël. Rien n’a eu lieu alors on reste sceptiques. Et on ne sait toujours pas dans quelles conditions", peste Patrick De Corte, président des forains bruxellois. "On ne comprend pas non plus la disparité des aides entre régions. On paie pourtant tous les mêmes taxes. Sans parler des discriminations par rapport aux parcs d’attractions. S’ils peuvent accueillir 5 000 personnes, pourquoi on ne pourrait pas en faire autant ? Et les petites kermesses qui accueillent une dizaine de forains, pourquoi ne pas les avoir autorisées ? C’est incompréhensible et injuste !"