Il y a une semaine, la SNCB Europe devait faire face à un bug informatique

BRUXELLES Le bug subi par la SNCB continue de faire des vagues. La semaine dernière, près d'un million et demi de clients voyaient leurs données privées se retrouver sur la toile. Les noms, adresses ou encore dates de naissance de 1.400.000 personnes étaient visibles pendant plusieurs heures sur internet.

Des informations très utiles pour certaines entreprises... un tel fichier pourrait valoir quelques 4 millions d'euros. Au journal de 19 heures de RTL-TVI, Maxence Cupper, directeur d'une agence de communication, affirmait que ces documents pouvaient intéresser les boîtes concurrentes de la SNCB. "On a toutes les informations personnelles de la personne. On sait qu’elle a été cliente à la SNCB, donc elle voyage. Si moi je suis concurrent à la SNCB ou si j’offre un produit de voyage ou de transport, cela pourrait m’intéresser d’avoir ces adresses et ces informations".

Ce fichier de la société est donc une vraie mine d'or. Selon la chaîne privée, durant quelques heures, un génie du web a passé les données au peigne fin. Cette analyse lui a permis de géolocaliser les clients sur une carte très précise. Il serait également possible d'accéder aux données personnelles de 5.682 employés de la Commission européenne et à 1.668 du Parlement européen. On apprend également que, parmi les adresses rendues publiques lors du bug informatique, les adresses mails de certains membres d'Ecolo ont filtré. On retrouve notamment celles de Jean-Michel Javaux, Isabelle Durant et Evelyne Huytebroeck.

Selon le porte-parole de la SNCB, la société de chemin de fer tente à présent de retrouver les personnes qui ont pu être en contact avec ce fichier. "Nous souhaitons les contacter pour les informer qu’il s’agit de données à caractère privé. Le service juridique va analyser la situation afin de voir s’il y a eu un usage abusif de ces données. Il faut savoir que ces informations sont protégées par la loi. Donc, on ne peut pas en faire tout et n’importe quoi", a assuré Thierry Ney.

Pour les clients de la SNCB Europe qui voudraient savoir si leurs données ont été rendues publiques, la société ferroviaire a mis en ligne sur son site un formulaire.