Selon les informations de nos confrères de VRT NWS et De Tijd, les hôpitaux doivent désormais reporter les admissions de jour pour renforcer les soins intensifs et ce, pour une durée de deux semaines. C'est en tout cas ce qu'indique une circulaire du Hospital & Transport Surge Capacity Committee, le groupe d'experts assistant le secteur de la santé dans la crise sanitaire. Le comité demande également aux hôpitaux de rouvrir les lits fermés dans les unités de soins intensifs.

La lettre, distribuée à tous les hôpitaux du pays ce mardi soir, précise les types d'interventions concernés par ce report. Il existe trois types : les opérations différées qui font appel aux soins intensifs, les hospitalisations classiques qui ne font pas appel aux soins intensifs et les opérations en hôpital de jour de chirurgie qui ne font pas appel aux soins intensifs. Seules les opérations et thérapies permettant de sauver des vies peuvent se poursuivre, précise la commission dans le courrier. Il s'agit par exemple des chimiothérapies et des dialyses.

Le personnel ainsi libéré pourra être affecté au traitement des patients qui, atteints par le coronavirus, sont soignés dans les services de soins intensifs.

Actuellement, 3.750 malades du Covid sont soignés à l'hôpital, dont 780 en soins intensifs. "D'ici le 6 décembre, nous devrions dépasser les 900 patients Covid aux soins intensifs. Sans revirement de situation, ce seront même 1.000 patients Covid en soins intensifs d'ici le 10 décembre", s'inquiète le Comité.