Auparavant, il incombait au patient seulement d'apporter des preuves. Les journaux relatent l'histoire d'un patient qui a obtenu gain de cause en justice face à l'hôpital sans avoir à prouver lui-même l'erreur.

Souffrant de sévères douleurs au dos, l'homme avait contracté une infection nosocomiale après avoir reçu une anesthésie péridurale en vue d'une opération.