Ils ont mis leur menace à exécution ce lundi. “Un vol ou un meurtre sera traité de la même manière”, affirme un juge.

La DH vous l’annonçait en exclusivité la semaine dernière : en colère, les juges de la section francophone du tribunal de jeunesse de Bruxelles annonçaient leur intention de libérer chaque nouveau délinquant déféré par le parquet de Bruxelles dès ce lundi si le ministre de la Justice Koen Geens ne répondait pas à leur courrier.

Face au silence du ministre, les juges ont donc mis leur menace à exécution ce lundi matin. “Un vol ou un meurtre sera traité de la même manière”, prévient l’un d’entre eux.

Un premier jeune délinquant a donc retrouvé le chemin de l’air libre ce lundi matin. Pas question pour les juges de la jeunesse de le placer éventuellement en IPPJ.

La coupe est pleine pour ces juges qui se plaignent depuis plusieurs années déjà d’un manque d’effectifs. Ils dénoncent cette fois un trou de cinq greffiers. Des greffiers qui, de leur côté, manifestaient déjà leur mécontentement la semaine dernière, en arrêtant chaque jour le travail pour une durée de 59 minutes. Une action soutenue par de nombreux juges, comme on a pu le voir sur des clichés pris devant le Portalis à Bruxelles.

Les juges réclament du renfort qui n’arrive pas, répètent-ils.

Du côté du cabinet du ministre Koen Geens, on nous indique que la réponse est la même que la semaine dernière, à savoir que le ministre se dit conscient “de la situation” et qu’un renfort aurait été promis. “La répartition du personnel recruté entre les différentes sections du tribunal, et donc l’attribution au tribunal de la jeunesse relève de la compétence autonome du greffier en chef du tribunal de première instance francophone de Bruxelles. Une concertation sur ce problème à Bruxelles était initialement prévue avec les syndicats du personnel judiciaire le 26 mars. Le 18 juin, les syndicats ont remis la question à l’agenda de la concertation syndicale. Planifiée pour la semaine prochaine, la réunion est maintenant prévue pour le 7 juillet”, précise encore le cabinet. Pas vraiment de quoi rassurer les juges.