Les services de car-wash doivent par contre rester portes closes. La liste des commerces et activités qui peuvent continuer à fonctionner est beaucoup plus longue que lors du premier confinement en mars dernier. Les exceptions concernent entre autres les fleuristes, les librairies, les magasins de papeterie et de télécommunications.

Le SPF Économie précise également que les magasins de peinture sont autorisés à ouvrir comme ceux de bricolage, mais pas les commerces spécialisés dans la vente de rideaux, contrairement aux commerces de détail qui vendent des tissus d'habillement ou des fils à tricoter.

Les services de laveries automatiques et de nettoyage à sec peuvent par ailleurs poursuivre leurs activités, mais pas ceux de car-wash.

Les opticiens ne sont eux autorisés à recevoir des clients que pour des urgences.

Certains magasins ont également décidé d'ajuster leurs activités pour rester ouverts. C'est par exemple le cas de Kruidvat qui ne proposera qu'une gamme de produits considérés comme essentiels à partir de mardi. Cette modification est autorisée à condition que les autres produits ne soient pas accessibles à la vente, confirme le SPF Économie.

Les opticiens toujours ouverts 

Les opticiens et audiciens peuvent rester ouverts pendant la fermeture des commerces "non essentiels" en vigueur depuis ce lundi, a confirmé le SPF Economie, après avoir signalé dans un premier temps qu'ils ne pourraient recevoir des clients que pour des urgences. "Étant donné qu'ils offrent des dispositifs médicaux, ces professions sont autorisées à exercer", écrivent les autorités dans la "foire aux questions" du site web info-coronavirus.be.

"Il s'agit de montures de lunettes, de verres avec prescription, de lentilles de contact et de solutions pour lentilles de contact", explique Viviane De Vries, de l'Association professionnelle des opticiens et optométristes (APOOB). Les lunettes de soleil ne font par contre pas partie des dispositifs médicaux, à moins qu'elles soient prescrites, explique-t-elle. Les opticiens ne peuvent donc en principe plus les vendre, mais elles peuvent être commandées et livrées ou retirées en magasin.

Mme De Vries souligne la difficulté d'obtenir les informations exactes pendant le week-end. L'APOOB et la Fédération belge des optométristes n'ont finalement communiqué avec le secteur que dimanche soir.