Si la ministre de l'Intérieur a d'abord relevé la charge de travail importante des policiers qui doivent sanctionner les mauvais comportements liés au Covid, elle a surtout évoqué le prochain comité de concertation qui aura lieu ce vendredi.

La ministre belge ne garantit pas un assouplissement des mesures pour ce vendredi. "Les chiffres sont encourageants, aussi bien les contaminations que les hospitalisations, mais c’est encore trop tôt.", confie-t-elle à nos confrères de Bel RTL. "Il faut se rendre compte que, pour les hôpitaux, on a reporté des soins importants, on a créé de la capacité additionnelle. Et donc, il est trop tôt pour se prononcer, et je ne veux pas faire de fausses promesses. Mais on se rend compte que c’est une période très importante : Noël, Saint-Nicolas… On le sait et on prendra ça en compte. Mais je ne peux pas encore annoncer des assouplissements aujourd’hui."

L'élue CD&V a également commenté la grogne de nombreux commerçants qui ont été contraints de cesser leurs activités suite aux mesures annoncées par Alexander De Croo lors du comité de concertation du 30 octobre dernier. "Je comprends très bien que ce soit dur pour les commerçants. On a dû faire des choix, mais je comprends que ce soit difficile. C’était nécessaire pour limiter la propagation du virus. Aujourd’hui, il est trop tôt pour annoncer ou se prononcer sur un assouplissement des mesures. On va évaluer les chiffres, on suit ça de très près. Il y aura un comité de concertation ce vendredi, mais pour être honnête, je pense que c’est trop tôt pour annoncer des assouplissements", assure-t-elle.