La ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Glatigny, et le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet ont assisté au début d'un cours des étudiants de Bac1 en psychologie et recteur Vincent Blondel et les responsables de divers services de l'Université leur ont présenté les dispositifs mis en place, notamment en matière de sécurité sanitaire, de remédiation, de testing et de tracing.

Sur place, Mme Glatigny a indiqué se réjouir de voir les étudiants de retour dans les auditoires, compte tenu de l'urgence psychologique et pédagogique, espérant que les auditoires puissent par la suite être rempli à plus que 20% si les chiffres de l'épidémie s'améliorent. "C'est vrai que 20%, ce n'est pas l'idéal mais si nous n'avions fait attention qu'aux chiffres, on n'aurait pas repris", a précisé la ministre, saluant les efforts des enseignants et du personnel académique pour permettre cette reprise en code orange.


A l'UCLouvain, déterminer les 20% d'étudiants qui pourront à nouveau suivre les cours en présentiel a été laissé à l'appréciation de chaque faculté, en fonction de son organisation, des travaux pratiques, des modules de cours déjà lancés, etc. Après les trois semaines de cours qui sont programmées avant les vacances de printemps, une évaluation sera réalisée.

"Pour les étudiants de la faculté de droit et de criminologie, qui sont un peu moins de 3.000, nous avons misé sur la confiance et tout se fait sur base volontaire, sachant que certains étudiants, pour diverses raisons, ne souhaitent pas revenir aujourd'hui en présentiel. Un système d'inscription via des feuilles Excell à remplir a été instauré. De toute façon, puisque l'enseignement distanciel se poursuit, personne n'est exclu", a expliqué la directrice administrative de la faculté de droit et de criminologie, Joëlle Cap.


Lundi, les ministres ont pu voir sur place le système mis en place dans les auditoires pour garder la distance entre les étudiants présents et se sont fait expliquer le dispositif de caméra intelligente qui suit l'enseignant dans l'auditoire afin de retransmettre le cours pour les étudiants en distanciel.

L'UCLouvain a également installé sur le campus de Louvain-la-Neuve un centre de testing où les étudiants peuvent être testés sans rendez-vous ni prescription médicale. Ce système s'insère dans le circuit normal de testing de l'Aviq. Il répond aux besoins des étudiants qui ne connaissent pas forcément un médecin sur le campus ou hésitent à se faire tester parce qu'ils ressentent peu de symptômes.

Par contre, en complément au tracing existant, l'Université a son propre service de tracinq où des étudiants jobistes parlent à d'autres étudiants pour les informer et lister leurs contacts après qu'ils aient été testés positifs. "Nous avons mis cela en place en concertation avec l'Aviq pour accélérer le tracing. De nombreux étudiants s'impliquent dans ce système: après avoir lancé un appel, nous avons obtenu cinq fois plus de candidats que nécessaire", indique le recteur, Vincent Blondel.