Ce jeudi 8 avril, les patients à risque pouvaient vérifier s'ils figuraient sur une liste spécifique afin d'être vaccinés plus tôt. Cette manoeuvre devait s'effectuer via un site internet (www.myhealthviewer.be). Du moins, c'est ce que ces personnes pensaient. Car ce matin, en jetant un coup d'oeil, nous avons constaté que le site internet... tournait d'abord dans le vide. Avant d'ensuite remarquer que le temps d'attente était extrêmement lent, avant d'enfin avoir un site accessible.
A l'heure actuelle, il n'est donc pas impossible de savoir à quelle date vous serez vacciné si vous êtes un patient à risque. Mais il va falloir s'armer de patience. 

© D.R.

Vendredi dernier, les assurances maladie avaient transmis des listes avec des patients vulnérables qui pourraient bénéficier d'une vaccination plus rapide. "Ces différentes listes ne contiennent que des numéros de registre national afin de garantir la confidentialité" avait assuré Luc Van Gorp, président du Collège national intermutualiste.

"Nous indiquons donc seulement que M. Peeters est éligible à une vaccination précoce, sans informer que M. Peeters suit un traitement pour asthme sévère, qui est l'un des facteurs de risque établis. A aucun moment les données médicales de votre dossier ne seront partagées" avait-il poursuivi.

Environ 1,5 million de patients sont censés être répertoriés sur ces listes. Joris Moonens, porte-parole de l'Agence pour les soins et la santé, avait également affirmé que les Belges concernés devraient se montrer patients. "Tous les généralistes ne vaccineront pas dès le premier jour. Dans ce cas, donnez du temps à votre médecin. Les premières invitations pour les patients à risques seront envoyées dans la semaine du 12 avril. Tandis que les premières injections suivront à partir de la seconde quinzaine d'avril" avait-il ajouté.

© D.R.