Ces autotests sont des tests antigéniques rapides auto-prélevés et auto-lus, "c'est-à-dire que le citoyen fait tout lui-même", a précisé Carole Schirvel, commissaire de gouvernement adjointe. Le résultat est obtenu en 15 à 20 minutes. Les personnes bénéficiant de l'intervention majorée (BIM) ne devront payer qu'un euro.

Le ministre Vandenbroucke est également revenu sur cette information. "Ces tests seront vendus chez le pharmacien et remboursés par une assurance maladie. Pour chaque membre de la famille, jusqu'à deux tests peuvent être achetés. Les tests devraient coûter environ 7 à 8 euros. Mais il n'y a actuellement aucune certitude sur le prix de revient. Après quatre semaines, le système d'autotest sera réévalué. Si l'auto-test est positif, cette personne doit s'isoler immédiatement. Comme il peut également s'agir d'un faux positif, un test PCR est toujours nécessaire" a-t-il précisé.

Dans un premier temps, le gouvernement fédéral mettra à disposition gratuitement ces tests antigènes rapides jusqu'au 1er mai. Le but est de "donner une impulsion" à un dépistage préventif répété dans les entreprises, a souligné la commissaire adjointe du gouvernement. Le fédéral dispose de 570.000 tests antigènes rapides et a lancé des commandes européennes pour plus de 500.000 unités supplémentaires, a ajouté le ministre.

Par ailleurs, depuis la semaine dernière, les entreprises peuvent demander gratuitement au fédéral des tests antigéniques rapides pour tester, de manière préventive, leur personnel qui ne peut télétravailler. En revanche, "elles ne peuvent pas obliger leur personnel à subir des tests d'antigènes" a déclaré Pedro Facon, commissaire corona également présent lors de cette réunion Zoom. En une semaine, 50.000 tests ont déjà été demandés, "ce qui est encourageant", a commenté Mme Schirvel. À terme, 150.000 tests par semaine pourront être fournis.

Lors de cette conférence de presse, le ministre de la Santé est également revenu sur les chiffres du jour. Et a souligné que l'augmentation était toujours significative. Il a donc demandé aux Belges de rester prudents et de respecter la bulle de quatre. Et ce, malgré le beau temps qui pourrait inciter les Belges à profiter en nombre du soleil.