Depuis plusieurs années, tomber nez à nez avec un phoque lors d’une promenade à la côte belge ne constitue plus un évènement exceptionnel. Le dernier rapport sur les mammifères marins de Belgique de l’Institut Royal des sciences naturelles de Belgique le confirme : l’animal est de plus en plus présent chez nous.

“La présence de phoques n’a plus rien d’inhabituel, comme en témoigne l’augmentation du nombre d’individus moribonds ou retrouvés morts : 47 phoques se sont échoués en 2019 : un nombre record”, indique le rapport.

Les phoques semblent particulièrement bien se plaire à Nieuport, où on peut en observer une dizaine toute l’année. Mais on en trouve à d’autres endroits comme Ostende où un groupe de phoques a élu domicile, à Coxyde et à Zeebrugge. Bref, les phoques prennent leurs aises chez nous, et leur présence soulève la question de leur cohabitation avec les humains.

“Il n’est pas rare que des phoques en train de se reposer sur la plage soient dérangés ou même mordus par des chiens non tenus en laisse. Quant aux promeneurs, qui partent souvent d’une bonne intention et s’inquiètent pour l’animal, ils continuent de s’en approcher de trop près. Certains jours, les services de secours reçoivent des dizaines d’appels téléphoniques leur signalant la présence de phoques. Pourtant, ces phoques ne sont généralement pas en danger et ils ne nécessitent donc aucun soin ou prise en charge”, estime l’IRSNB.