"Dans le cadre de la guerre en Ukraine, une démarche d’aide humanitaire est en train de se mettre en place au niveau des zones de secours de notre pays ", annonce Eric Labourdette, permanent SLFP.

" Deux convois sont déjà en route pour la frontière Ukrainienne via la Pologne. Un des objectifs est de prendre en charge 200 ukrainiens et les ramener en Belgique où elles seront hébergées dans des familles d’accueil. "

Un second volet "pompier" a pour but de faire parvenir aux pompiers ukrainiens des équipements de protection ainsi que du matériel d’intervention.

De la zone de secours du Luxembourg , 4 autobus sont en route et transportent du matériel et des équipements de protection.

Le départ a eu lieu le mardi 8 mars en soirée et le retour est prévu le vendredi 11 ou le samedi 12 mars.

La zone de secours Wallonie Picarde a également pris le départ avec 6 véhicules, 17 personnes et du matériel. Dans ces six véhicules, une autopompe et une ambulance sont donner aux collègues Ukrainien. Le rendez-vous a lieu en Pologne, à 13 km de la frontière Ukrainienne.

La Zone De Secours Vesdre - Hoegne – Plateau a également apporté du matériel qui est en route avec le convoi de la zone de secours WAPI.

Le SIAMU de Bruxelles , sur l'initiative de certains membres du personnel, récolte pour l’instant des vivres (pâtes, riz, etc..) des vêtements, des pansements, des médicaments, etc..

" Le SLFP a pris contact avec le Secrétaire d’Etat, en charge du SIAMU de Bruxelles afin de voir ce que nous pouvions faire de plus. Le Secrétaire d’Etat a demandé un inventaire de ce que les pompiers de Bruxelles pourraient envoyés en Ukraine comme matériel afin d’aider nos collègues.

L’aide se met en route partout, la solidarité avec le peuple et nos collègues Ukrainiens est totale au sein des zones de secours.

En attendant, le SLFP demande aux personnes qui veulent aider l’Ukraine de déposer pâtes, riz, vêtements, pansements, médicaments, produits de premiers soins chez les pompiers de Bruxelles, 15 avenue de l’Héliport.

En tant que secouristes de première ligne nous ne pouvons pas rester insensibles face aux images diffusées chaque jour sur nos écrans.

Il faut encore préciser, que les pompiers n’ont aucune nouvelle, ni aucun soutien, du SPF Intérieur ou règne le silence absolu ! "

Le SLFP a rappelé à la Ministre, que depuis la réforme de la sécurité civile et la fermeture de 4 casernes sur 6, les zones de secours ont comme mission, en ce qui concerne les interventions en matière nucléaire, la détection de base et les mesures de base rapides qui sont nécessaires pour la protection du personnel opérationnel et pour la prise de mesures conservatoires immédiates pour la protection de la population.

Le SLFP a demandé quelles sont les mesures conservatoires immédiates que les zones de secours peuvent mettre en œuvre pour la protection de la population.

" Quels sont les moyens à disposition des zones de secours pour prendre des mesures conservatoires pour la protection de la population ?

Quels sont les formations disponibles pour le personnel des zones de secours afin de mettre en œuvre les mesures conservatoires pour la protection de la population ?

Combien d’exercices ont eu lieu concernant ce genre d’accident ?

Dispose-t-on au niveau fédéral d’un inventaire du matériel à disposition des zones de secours pour exécuter ces missions ?

Madame la Ministre a-t-elle pris contact avec les différentes zones de secours afin de connaître les moyens disponibles pour faire face à un « incident » nucléaire ?

Le siège de l’OTAN se situe à Bruxelles et est une cible potentiel. Quels sont les moyens que l’état fédéral a mis à disposition des secours en Région de Bruxelles-Capitale ?

Combien et où se situe les abris disponibles contre ce type de risque ?

Le SLFP n’a pas reçu de réponse. Il semble que ce ne soit pas une priorité pour la Ministre de l’Intérieur qui, pendant ces heures sombres, s’active à rédiger un arrêté royal relatif à la déontologie des membres de services de secours.

Est-ce vraiment une priorité face à ce qui se passe à 2.000Km de nos frontières, et, où des tirs à l'arme lourde ont lieu à côté de centrales nucléaire prises d'assaut par l'armée russe? "