"L'ensemble du dispositif est en train de se mettre en place" et une partie de celui-ci devrait être validé demain/mercredi au cours d'une nouvelle conférence interministérielle (CIM) Santé publique qui devrait se prononcer sur la stratégie à suivre, a-t-elle précisé aux nombreux parlementaires qui l'interrogeaient. Cette réunion devrait notamment permettre d'arrêter les publics prioritaires pour la vaccination. "Nous suivrons les conclusions des spécialistes de la Task Force interfédérale vaccin covid-19. Nous devrions donc décider de vacciner, dans l'ordre, le personnel et les résidents des centres de santé; le personnel de santé du social - travaillant notamment dans les centres d'hébergement pour les publics fragilisés, ndlr -; les plus de 65 ans puis les plus de 45 ans avec comorbidités", a assuré la ministre Morreale.

Dans cette première phase, "l'objectif est d'aller sur place - dans les hôpitaux, dans les centres d'hébergement, ... - avec les vaccins", a-t-elle ajouté. Ce n'est que dans un second temps que l'ensemble de la population pourra être vaccinée, via des centres de vaccination qui, du moins en Wallonie, devront être mis sur pied. "Nous devons agir avec ordre et méthode. Nous ne disposerons pas de ces centres avant que les vaccins ne soient disponibles pour l'ensemble des citoyens", a expliqué la ministre.

Concrètement, la Wallonie se chargera de l'organisation de la vaccination dans les institutions d'hébergement qui dépendent de la Région "et dans les centres qui seront identifiés pour opérationnaliser la vaccination de la population wallonne", a-t-elle encore indiqué.

Le fédéral, lui, est responsable de la négociation au niveau européen des contrats d'achat des vaccins, en gère le préfinancement, organise son importation et son stockage. Il s'occupe en outre de l'achat du matériel nécessaire à la vaccination.

"La transparence est essentielle"

"Toutes les dépenses engagées pour cette campagne 2021 par le fédéral et les entités fédérées seront comptabilisées et régularisées en fin de campagne suivant la clef habituelle dans les campagnes de vaccination, à savoir 80% pour le fédéral et 20% pour les entités fédérées", a poursuivi Christie Morreale.

"La transparence est essentielle", a-t-elle par ailleurs défendu alors que le PTB pointait une nouvelle fois l'opacité des contrats passés par l'Union européenne. "La Commission Européenne met l'accent sur la protection de la santé publique et la conclusion des meilleurs accords possibles avec les entreprises afin que les vaccins soient abordables, sûrs et efficaces. La Commission agit également dans le plein respect de toutes les règles applicables en matière de gestion financière, ce qui peut faire l'objet d'un audit à un stade ultérieur", a assuré la ministre.

Enfin, la transparence devra aussi être de mise vis-à-vis de la population qui devra adhérer aux campagnes de vaccination. "La communication grand public devra être construite à partir d'un message transparent basé sur la littérature scientifique, rassembleur et didactique", avec une attention particulière à l'information des professionnels de l'aide et de la santé, a-t-elle détaillé.

Dans ce cadre, la cellule interfédérale 'débat sociétal et communication' devra présenter une proposition structurée à la CIM Santé quant aux meilleurs moyens de communication à mobiliser.