Selon les informations de SudPresse, le risque de récidive est élevé selon le rapport des psychiatres. L'avocat de Marc Dutroux, Me Bruno Dayez a d'ailleurs précisé que ce rapport était négatif : "Je confirme, le rapport psychiatrique préliminaire de mon client est mauvais et même très mauvais pour lui. Encore pire que ce que je craignais ! "

Une nouvelle audience sera ensuite fixée devant le Tribunal de l'Application des Peines (TAP), mais aucune date n'a encore été déterminée. Le TAP avait ordonné, en octobre dernier, de procéder à une nouvelle expertise psychiatrique de Marc Dutroux, conformément à la demande des avocats de ce dernier.

Mes Bruno Dayez et Nicolas Cohen avaient demandé qu'un collège de cinq experts psychiatres soit désigné pour évaluer l'état mental actuel de leur client, afin notamment de réévaluer le risque de récidive dans son chef. Le ministère public s'était dit favorable à cette nouvelle expertise, les dernières datant de 2013 et 2015. Les avocats de Marc Dutroux pourraient, en fonction des résultats que livre cette nouvelle expertise tout juste déposée ce mercredi, introduire une demande de libération conditionnelle de leur client, autrefois diagnostiqué psychopathe.

Marc Dutroux, présenté comme le détenu le plus haï de Belgique, a été condamné le 22 juin 2004 à la réclusion à perpétuité et à 10 ans de mise à disposition du gouvernement (aujourd'hui appelée mise à disposition du Tribunal de l'Application des Peines). Il a été reconnu coupable, entre autres, d'avoir enlevé et séquestré six jeunes filles - Julie, Mélissa, An, Eefje, Sabine et Laëtitia - et d'avoir commis des abus sexuels sur celles-ci. Il a également été déclaré coupable d'avoir tué les quatre premières. L'homme, âgé aujourd'hui de 62 ans, est en détention depuis 23 ans