Mercredi dernier, la commission de l’Économie de la Chambre a décidé de demander des avis avant de voter la proposition de loi concernant les soldes. La mesure proposée consiste à prolonger la période des soldes d’hiver 2021 de deux semaines, jusqu’au 14 février. Les ministres David Clarinval et Pierre-Yves Dermagne attendaient l’avis du Conseil supérieur des indépendants et PME (qui regroupe les organisations professionnelles et interprofessionnelles concernées). Ce dernier a accueilli favorablement la proposition de loi.

Il était important pour les commerçants, disposant encore d’importants stocks, de pouvoir les écouler afin de se reconstituer de la trésorerie. D’autant qu’en cette période de coronavirus où le shopping à plusieurs reste interdit, les ventes sont loin d’être au niveau des soldes de l’an dernier.

Les organisations professionnelles insistent cependant pour que ces modifications exceptionnelles du Code de droit économique ne remettent pas en cause la période de soldes à long terme. En réponse à cette remarque, les ministres Dermagne et Clarinval ont proposé une adaptation à la proposition de loi. Plutôt que d’abroger toute limite temporelle à la période des soldes, ils ont proposé une modification législative visant spécifiquement l’année 2021 et une prolongation des soldes jusqu’au 14 février.

Il reste donc un mois aux commerçants pour écouler un maximum de marchandises et aux consommateurs pour réaliser de bonnes affaires.