Un peu partout en Belgique, poussent des structures qui aident les jeunes à réviser. Les parents adhèrent au concept

Plus les années passent et plus l’image du CE1D se dessine comme une véritable étape de la vie scolaire des élèves. Pour ces derniers et (surtout) pour leurs parents, il n’est plus question de le rater. Ensemble, ils mettent donc tout en œuvre pour que les révisions se passent le mieux possible. Et certains sont prêts à mettre la main à la poche en misant sur des stages d’étude quelques semaines avant le début des examens.

L’une de ces nouvelles structures se situe à Ixelles. Elle s’appelle Réussit’school et propose depuis deux ans des modules réservés aux élèves qui passent le CE1D. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que le concept marche. "Cette année, nous avons vraiment senti davantage de préoccupation et de stress de la part des élèves comme des parents. Cela est certainement lié au fait que les sciences ont été ajoutées au programme de l’examen", explique Brigitte Raymond, de Réussit’school.

Les séances - de deux heures - sont organisées tous les samedis pendant les semaines qui précèdent les examens.

Chacune d’entre elles coûte 55 €. Un budget donc pour les parents. Mais on met avant tout l’accent sur la qualité de l’aide administrée. "Nous voulons individualiser au maximum le travail. C’est pourquoi nous travaillons uniquement avec des groupes de cinq élèves. De plus, ils peuvent choisir les matières qu’ils désirent et faire leur programme à la carte", note Mme Raymond.

Ces dernières années , les résultats des élèves au CE1D ont baissé. En 2014, seuls 58,7 % (contre 62 % en 2013) ont réussi les épreuves de mathématiques. En français, ils étaient 80 % à atteindre la moyenne en français (1 % de moins que l’année précédente).

Le top départ des épreuves est prévu pour ce lundi avec l’épreuve de mathématiques. Les résultats globaux sont attendus pour le 31 juillet.

Romain Demoustier