Aux yeux des syndicats, le budget proposé demeure toujours insuffisant. Une nouvelle réunion est prévue mardi prochain. "Les propositions sur la table demeurent largement insuffisantes - voire insultantes - pour les membres du personnel" de la police, ont jugé la CGSP, la CSC, le SLFP et le SNPS dans un communiqué commun, après trois heures de négociations qualifiées de "tendues" avec la ministre Verlinden.

Les syndicats réclament "un accord global sur une véritable revalorisation salariale". Une première enveloppe de 75 millions d'euros est garantie, mais celle-ci ne satisfait pas à leurs attentes.

Sur base des propositions sur la table, "les inspecteurs, qui représentent quelque 22.000 membres des effectifs policiers, ne toucheraient que 37,5 euros nets de plus par mois, ce qui est inacceptable", estime le permanent CGSP, Eddy Quaino.

Une deuxième enveloppe doit encore être discutée avec les Villes et communes. Mais cette concertation ne débuterait, au plus tôt, qu'en 2024, "ce qui est beaucoup trop tard", ajoute M. Quaino.

Une nouvelle réunion doit se tenir mardi prochain après concertation de la ministre de l'Intérieur avec ses collègues du Comité ministériel restreint (Kern), selon les syndicats.

En l'absence d'avancées, ces derniers brandissent la menace de nouvelles actions. "Nous sommes prêts à relancer nos actions dès mercredi prochain si la ministre ne nous fait pas de nouvelles propositions", a conclu Eddy Quaino.