Belgique

Certains modèles météorologiques prévoient jusqu'à 42°C en Campine et 40°C dans les villes en début de semaine prochaine. Ce serait la première fois que la Belgique dépasserait les 40°C. Mais à six jours de distance, les prévisions sont encore peu fiables. Il devrait cependant faire très chaud de toute façon.

Pour la première fois de son histoire, la Belgique pourrait-elle dépasser les 40 degrés ? C’est en tous cas ce que plusieurs modèles météorologiques prévoient pour le début de la semaine prochaine. Le climatologue de l’Université de Liège Xavier Fettweiss a couplé le modèle numérique dit américain à un modèle régional belge et ils indiquent des chiffres assez affolants pour mardi et mercredi de la semaine prochaine : 40 degrés en température maximum dans les villes -Bruxelles mais surtout en Flandre- et jusqu’autour de 42 degrés en Campine, le point habituellement le plus chaud de la Belgique. Cette vague de chaleur s’explique par une masse d’air chaud venue du désert du Sahara remontant vers le Maroc, l’Algérie et qui traversera la Méditerranée pour atteindre nos régions. On pourrait d’ailleurs s’attendre à des masses d’air fort remplies de sable comme au mois d’avril.

“Cela reste des prévisions météo, cela peut changer complètement dans les jours prochains, mais ce qui est prévu : tous les modèles semblent suggérer que la semaine prochaine, il va faire très chaud, indique le climatologue liégeois. Le modèle “Mar” prévoit des températures maximum de l’ordre de 40°C dans les villes. Toutes les six heures, il y a un update qui est fait, et depuis hier soir, à chaque six heures, le modèle confirme une telle vague chaleur : 25 degrés la nuit, 40 degrés en plein soleil à midi dans les villes, et de l’ordre de 30 degrés en moyenne.”


Cela dit, il y a des nuances à apporter : “ce sont des prévisions météo et comme je le dis toujours, un météorologue qui ne se trompe pas n’est pas vraiment un météorologue ! En outre, en hiver, les modèles sont fiables à trois-quatre jours, en été, c’est plutôt fiable à deux-trois jours. Les modèles ont aussi du mal à prévoir les événements extrêmes, donc c’est peu fiable. Il y a beaucoup de conditionnel. Mais au-dessus de 30 degrés, cela, c’est quasi sûr.”


Pour mercredi, l’IRM prévoit quant à lui 31 degrés (et 30 pour lundi et mardi) : “l’IRM a en effet tendance à sous-estimer la vague de chaleur que mon modèle prévoit, indique Xavier Fettweiss. Ils ont aussi d’autres sources. Les prévisions météo ne sont pas 100 % fiables.”


Par ailleurs, poursuit le climatologue, “il y a eu des 50°C en Inde, 40-50°C en Iran et en Irak la semaine dernière ; au Groenland, on a des fontes records…. Ici, à l’échelle d’une semaine, clairement, on voit le signal du réchauffement climatique. Ce qui est intéressant, ici c’est que telles températures de 40°C en Belgique, n’ont jamais été produites par mon modèle, dans les derniers 5 à 10 ans. Cela n’a jamais été prévu. On aurait pu bien sûr se tromper après, mais il n’y a même jamais eu de telles prévisions météo. Le réchauffement climatique, même pour des prévisions à l’échelle d’une semaine, commence donc à avoir une influence. C’est cela le signal le plus important ! Les modèles prévoient à l’échelle d’une semaine des événements extrêmes qu’ils ne prévoyaient pas dans le passé. Il n’y a jamais eu des prévisions d’une telle ampleur. On n’a d’ailleurs jamais observé 40°C en Belgique.” Le record a en effet été enregistré à 38, 8°C dans le Limbourg (Hechtel-Eksel) un 27 juillet. C’était l'an dernier.