Jean-Marie Dedecker persiste et signe. Après plusieurs sorties poussant pour une ouverture des terrasses de l'Horeca sur le territoire de sa commune, malgré l'interdiction du fédéral, le bourgmestre de Middelkerke a mis ses dires à exécution cette semaine. Si les restaurateurs ne peuvent toujours pas ouvrir, l'élu a pris les choses en main et a fait installer une trentaine de tables le long de la digue et dans le quartier de Westende de la ville côtière.

"Et nous le ferons tout au long des vacances de Pâques", a-t-il assuré auprès de HLN. "Tous les jours de 10h à 20h nous aménagerons des terrasses avec tables et chaises. Nous avons également ajouté des poubelles. Si c'est un succès, nous répéterons l'expérience les week-ends après les vacances de Pâques. Lorsque le secteur de la restauration sera à nouveau autorisé à aménager une terrasse, nous rangerons à nouveau la nôtre", promet Dedecker.

Le bourgmestre, critique à l'égard du fédéral, veut montrer au gouvernement que des installations extérieures ne sont pas à risque. "Les gens sont autorisés à acheter des glaces, des boissons et des plats à emporter, mais n'ont nulle part où s'installer. Grâce à ces terrasses, nous offrons du confort aux gens et stimulons les ventes. Nous respectons toutes les règles, car les tables peuvent accueillir jusqu'à quatre personnes - la taille d'une bulle", justifie-t-il.

"S'agit-il d'une action de désobéissance civile? De sagesse civile, oui", appuie Dedecker auprès de nos confrères flamands, qui explique que cela permet de désengorger les bancs le long du bord de mer.