Leterme reste en sursis

Belgique

Christian Carpentier

Publié le

Leterme reste en sursis
© BELGA

Le formateur chargé de poursuivre ses contacts politiques au grand jour


Interview exclusive: Wilfried Martens ne mâche pas ses mots


BRUXELLES On en attendait une remise en piste pure et simple. Finalement, Yves Leterme (CD & V/NV-A) est demeuré un formateur empêché , au terme de son entrevue avec Albert II dimanche après midi.

Le Roi, après avoir confessé les quatre présidents des partis de l'orange-bleu, l'a chargé de "prendre de nouveaux contacts politiques avant la reprise des négociations pour la formation du gouvernement".

Le Palais aurait sans doute été mieux inspiré de le charger de "les poursuivre ", ces contacts. Car malgré la suspension officielle des négociations décrétée par le Roi vendredi midi, M. Leterme aura passé son week-end à slalomer entre des entrevues et des entretiens téléphoniques.

Certains auront été volontairement médiatisés ce dimanche, comme ceux entre Yves Leterme et Joëlle Milquet (CDH) ou entre cette dernière et Didier Reynders (MR).

La présidente du CDH a d'ailleurs été contrainte de renoncer au dernier moment à un minitrip programmé en France, de samedi soir à ce matin. À la demande pressante et conjointe du Palais et d'Yves Leterme ? Le CDH dément.

Joëlle Milquet explique avoir pris elle-même sa décision jeudi soir, au vu de la situation. Rien n'est plus faux : samedi soir, à 20 h 30, ses collaborateurs la croyaient eux-mêmes dans l'avion du soleil !

Ce même CDH, où doit se tenir un important bureau cet après-midi, affirme également être demeuré intransigeant en matière communautaire, tout au long du week-end.

Mais comment, alors, les choses vont-elles se passer ? M. Leterme a fait savoir dimanche qu'il va désormais "établir et proposer un schéma qui, moyennant l'accord des présidents de parti concernés, doit mener à une reprise des négociations sur la formation d'un gouvernement ".

Un "schéma" en deux temps

Quel pourrait être ce "schéma " ? "Nous attendons de sa part des propositions équilibrées en matière budgétaire, socio-économique et communautaire ", déclarait dimanche soir Didier Reynders qui hésite encore à réunir bientôt le front francophone à ce dernier sujet.

En coulisses, on prête la volonté à M. Leterme de rédiger une quatrième version de son accord de gouvernement. Cette fois, elle ne comprendrait que 15 à 20 pages. Du condensé, donc, censé permettre d'aboutir début septembre à un accord de gouvernement.

Les négociateurs reprendraient ensuite le collier pour préparer un texte plus long pour la rentrée parlementaire du 9 octobre.

L'intérêt ? Lier vite les quatre partenaires - surtout le CDH dont tout le monde n'est pas sûr qu'il ait fait son deuil de la présence à table du PS - au sein d'un accord de majorité enfin scellé. La formule permettrait aussi à Yves Leterme d'enterrer l'hypothèse d'un retour de son vieux rival Guy Verhofstadt (VLD).

Mais comment satisfaire d'emblée chaque camp sur le communautaire ? Et éviter que d'autres non-dits du document se muent ensuite rapidement en autant de brûlots ?

Une chose est claire : le texte que le formateur produira sera, pour lui, celui de la dernière chance...



© La Dernière Heure 2007

Newsletter DH Actu

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info