Belgique

Un internaute de DH.be s'insurge du comportement de Raymonde Le Lepvrier, cette syndicaliste qui a tenté de forcer la fermeture du magasin L&L à Namur, en le saccageant. Découvrez la lettre ouverte qu'il lui adresse ce mardi...


Bonjour Raymonde,


Ce message ne s'adresse pas à vous en tant que gréviste car nous avons tous le droit de pointer l'injustice du doigt.
Cette lettre et ce message portent plus loin que les grèves du 15 décembre 2014.

Je suis sûr que je ne suis pas le seul à avoir vu aujourd'hui la répression et l'obscurantisme ouvertement franchir la barrière de nos réseaux sociaux.
Comment dans un pays civilisé et démocratique, comme la Belgique, un leader comme vous a pu démontrer un tel manque d'empathie et de compassion à l'égard d'un concitoyen ?

Les gens à qui vous avez porté préjudice aujourd'hui ne sont-ils pas comme vous et moi ? N'ont-ils pas, eux aussi, des bouches à nourrir et des parents à soutenir ?

Saccager des échoppes que des honnêtes gens ont passé une vie à construire, cela vous semble-t-il à la hauteur des idéaux que vous défendez ?

Vous avez aujourd'hui représenté le pire qui sommeille en chacun de nous. Nous nous posons ces questions depuis les différents génocides qui ont parsemé notre dernier siècle : Mais qui sont ces personnes qui obéissent à des ordres sans jamais les remettre en cause ? ; Qui sont ces gens, sans conscience, qui peuvent commettre l'irréparable ? ; Qui, oublie les principes même d'une démocratie aboutie où chacun a le droit des opinions à l'abri de l'ire de ses concitoyens ?

D'après vos actions d'aujourd'hui vous en êtes, madame, le porte drapeau.

Ne vous réfugiez pas derrière les directives de votre organisation qu'elle qu'elle soit. La responsabilité de vos actes ne mêlent que vous.

L'histoire demande de vous que vous renonciez à vos fonctions et que vous présentiez vos excuses aux gens que vous avez violenté et à la Belgique tout entière.

Je refuse de voir ce genre d'actions défendues par quiconque, car je pense que les messages politiques ne peuvent nuire à l'intégrité morale ou physique d'autrui.

Je me fais voix du peuple, et nous n'en attendons pas moins de vous. Que vous vous repentiez pour vos actes destructeurs de liberté et de démocratie.

Waïna Landauro