"Les aides que la FWB alloue, au terme d'une procédure extrêmement complexe, sont largement insuffisantes face à un mouvement sportif en plein désarroi, confronté à l'arrêt de tous les événements qui peuvent générer des recettes, à des sponsors eux-mêmes en difficulté et à une baisse nette des affiliations", explique René Collin.

Quant à l'enveloppe dégagée par la Région wallonne au printemps dernier pour aider les clubs à s'équiper en matériel contre le coronavirus, "son montant était là aussi totalement symbolique", ajoute-t-il.

"Puis, dans un théâtral élan de solidarité communautaire, Jean-Luc Crucke annonce, en janvier, vouloir voler au secours de la Fédération Wallonie-Bruxelles à court de moyens et offrir une manne wallonne pour assurer le soutien aux clubs et la pérennité des activités dans les infrastructures sportives situées en Wallonie. Mais tout ça n'est qu'une farce car c'est bien la FWB qui est compétente. Et c'est à elle de savoir si elle veut être à la hauteur de ses responsabilités", poursuit le député humaniste.

"Aujourd'hui, les clubs wallons se retrouvent les dindons de cette farce", dénonce-t-il encore en plaidant pour une "collaboration entre les deux gouvernements".

"Il peut y avoir une coopération financière entre les deux entités. La Région pourrait également subsidier les communes qui aideraient à leur tour les clubs sportifs situés sur leur territoire", détaille René Collin.

"L'urgence, actuellement, ce n'est pas de savoir si le sport doit revenir aux Régions ou de se lancer dans une réforme institutionnelle. L'urgence, c'est que chacun prenne ses responsabilités et apporte des solutions pour les gens", conclut-il.