Suite au comité de concertation de ce vendredi, Alexander De Croo a annoncé que les commerces non-essentiels devraient fermer leurs portes à partir du lundi 2 novembre. Si le Premier ministre a bien précisé que les magasins d'alimentation pouvaient, eux, rester ouverts, il n'a pas fait de précisions supplémentaires.

Les magasins de bricolage, les jardineries, ainsi que les librairies ne sont pas concernés par cette interdiction et pourront donc continuer à accueillir des clients dans les prochaines semaines. "Il n'y a pas eu de discussion à ce sujet cette fois-ci", a déclaré M. Vandenbroucke après la conférence de presse du Comité de concertation. Avant d'ajouter que les gens peuvent également aller faire réparer leur vélo ou leur voiture: "Les gens peuvent toujours commander et récupérer leur achat devant la porte du magasin. Nous devons simplement éviter qu'ils entrent, sinon nous aurons à nouveau trop de contacts et c'est ce que veut le virus".

S'agissant des librairies, la définition de ce qui pourra être ouvert (seulement les marchands de journaux ou aussi les vendeurs de livre) doit encore être précisée dans l'arrêté ministériel.

Par ailleurs, nous apprenons également que les sociétés de titres-services pourront continuer leurs activités librement. Le secteur n'est en effet pas visé par les nouvelles restrictions.

D'autres secteurs peuvent encore poursuivre leurs activités. Voici une liste non exhaustive de tout ce qui est encore autorisé ou ouvert, comme indiqué dans l'arrêté ministériel du 28 octobre:

  • Les commerces de détails limités à l'alimentation
  • Les milieux d'accueil des enfants
  • Les pharmacies
  • Les services postaux
  • Entreprises de pompes funèbres
  • Les hôtels
  • Les taxis, transports en commun et transport de marchandise
  • Les marchands, fournisseurs et transporteurs de carburants, combustibles et bois de chauffage
  • Services urgents de dépannage et réparation de véhicules ainsi que le service après-vente
  • Les déménagements s'ils sont urgents ou nécessaires ou encore liés aux besoins hospitaliers, sanitaires ou médicaux
  • Le secteur de la construction doit se limiter aux travaux urgents et aux interventions d'urgence
  • Vétérinaires et refuges pour animaux
  • Les institutions de justice
  • Le secteur des assurances
  • Commerces et entreprises intervenant dans la chaîne agro-alimentaire