L'animal en question serait un louveteau, porté disparu depuis avril 2020. "Le loup est probablement mort, car nous ne le trouvons nulle part. Pour les autres, nous disposons d'images hebdomadaires ou d'échantillons ADN", a expliqué Joachim Mergeay de l'INBO. "Cela coïncide avec un certain nombre d'incidents impliquant des chiens empoisonnés".

Deux empoisonnements de chien ont été observés sur ou juste à côté du domaine militaire, où se trouvent également les autres loups. "Hormis le chien de garde, peu de chiens se promènent dans le domaine militaire. Je suppose que la cible de ces empoisonnements sont les loups plutôt que les chiens, mais nous ne connaissons pas les motivations de l'auteur", a poursuivi Joachim Mergeay.

"Nous supposons que le loup n'est plus dans la région et il y a de fortes chances qu'il soit mort", a conclu M. Mergeay. "Le loup peut également être mort d'autres causes. Nous n'avons aucune certitude, mais il y a clairement eu des tentatives d'empoisonnements".