Belgique Maingain (DéFI) et Jan Jambon (N-VA) se sont inquiétés, hier, des moyens et des compétences de nos autorités pour lutter contre les terroristes.

Le président de DéFi, Olivier Maingain, s’est dit favorable, dimanche, à un inventaire par l’Union européenne des capacités des États-membres à faire face aux dangers liés au terrorisme international afin de les renforcer. Il s’inquiète de celles de la Belgique, pays hôte des institutions de l’Union européenne, dont le gouvernement a réduit les moyens consacrés aux effectifs de la police fédérale pour la sécurité dans la capitale.

Concluant le premier congrès doctrinal de DéFi consacré notamment aux fonctions régaliennes de l’État, M. Maingain a aussi déploré la réduction des moyens consacrés à la Sûreté de l’État. En plus de manquer de 120 agents (selon ses responsables), le Sûreté de l’État a vu son budget diminuer de 15 % en deux ans. La police fédérale, en manque de moyens, a dû demander certains équipements à son homologue français pour intervenir à Verviers le 15 janvier 2015, ainsi qu’aux zones de police bruxelloises pour des opérations de maintien de l’ordre.

Le président de DéFi n’est pas le seul à avoir mis en doute les capacités de la Belgique à lutter contre les terroristes. Hier, le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), a évoqué la possibilité que les autorités aient sous-estimé le soutien dont semblent bénéficier les terroristes au sein de la communauté musulmane à Bruxelles et aux alentours, dans le cadre de la recherche de Salah Abdeslam, l’un des principaux suspects des attentats de Paris. "Je pense qu’il doit y avoir, dans la communauté musulmane dans et autour de Bruxelles, un certain soutien; pouvoir rester caché si longtemps, ce n’est pas possible si l’on est tout à fait isolé", a déclaré le ministre dans l’émission Buitenhof de la télévision publique néerlandaise (NPO1). "Le soutien reçu de l’intérieur de la communauté est peut-être bien un peu plus important que ce que nous avions estimé jusqu’à présent", a indiqué M. Jambon à propos du suspect, en cavale depuis plus de deux mois.