La ministre de la Santé publique Maggie De Block a tenu ces dernières heures un discours rassurant dans les médias au sujet des risques face au coronavirus en Belgique, où il n'y a eu jusqu'ici qu'un seul cas connu, une personne rapatriée de Wuhan en tout début de mois.

Cette unique personne testée positive au virus ne présentait pas de symptômes, et a pu reprendre le cours normal de sa vie après une période de quarantaine. L'homme "est sorti de l'hôpital et se trouve à présent en Italie", indique la ministre mardi en matinée au micro de LN24.

Si les cas de contaminations au coronavirus Covid-19 se multiplient à grande vitesse en Italie depuis le week-end, il n'y a pas de raison de paniquer chez nous, a répété la ministre dans les journaux et en radio. Bien sûr, "le risque que le virus atteigne notre pays est réel", a-t-elle indiqué au micro de la VRT, mais les autorités suivent la situation de près et tous les hôpitaux ont des "plans spéciaux" tels que ceux enclenchés face à une grippe aigüe, laisse-t-elle entendre.

Quant à l'idée de fermer préventivement les frontières entre États, cela "n'a pas de sens", répète-t-elle via divers médias. "Un virus ne s'arrête pas aux frontières", et un contrôle de la température des passagers des transports "ne sert à rien" non plus, comme on peut être porteur du virus sans montrer de symptômes.

Notre pays a déjà testé plus de 150 personnes, toutes négatives à l'exception de l'homme rapatrié de Wuhan. Si un nouveau cas apparait, on l'isolera et on déterminera le plus rapidement possible quels contacts il a eus. Dans une situation bien plus grave, il est possible, comme en Lombardie, d'isoler tout un village, confirme la ministre. "Toutes les étapes peuvent être envisagées", explique-t-elle à la VRT.

Quant aux conseils de tous les jours, ils restent assez simples: se laver les mains, utiliser des mouchoirs en papier que l'on jette après utilisation et se protéger quand on tousse ou éternue.

Mardi après-midi, le groupe Ecolo-Groen a réclamé dans un communiqué une réunion rapide de la commission santé de la Chambre. "Nous partageons l'appel de la ministre De Block selon lequel il n'y a absolument aucune raison de paniquer. Dans le même temps, nous voulons que les députés soient informés des précautions et des plans pris par notre pays. Pour cette raison, le groupe Ecolo-Groen demande la réunion rapide de la Commission santé de la Chambre", réclame la députée fédérale Laurence Hennuy. "Il est important que non seulement le Parlement dispose de toutes les informations disponibles, mais également que toute la chaîne de soins soit correctement informée pour pouvoir prendre toutes les mesures préventives dès maintenant et être prête à réagir dans un délai très court", conclut-elle.