Interrogé sur le plateau de l'Invité (RTL-TVI) pour savoir s'il souhaitait que l'élu quitte le PS vu sa condamnation pénale, M. Magnette s'est montré conciliant.

"Je constate que personne n'a demandé sa démission, ni à Sambreville où les citoyens l'ont réélu après le procès, ni au parlement (wallon), ni nulle part", a fait valoir le Carolo.

Celui-ci a par ailleurs confirmé que M. Luperto serait prochainement entendu par la commission de vigilance du PS, comme l'a demandé l'intéressé.

S'il a été effectivement condamné par la justice, Jean-Charles Luperto continue à clamer son innocence et a annoncé son intention d'aller devant la Cour européenne des Droits de l'Homme, a rappelé M. Magnette.

"Je respecte l'autonomie de la justice, mais le politique a aussi son autonomie par rapport au judiciaire", a relevé le président du PS.

La Cour de cassation a confirmé le mois dernier la condamnation de M. Luperto à six mois de prison avec sursis prononcée par la cour d'appel de Liège pour des faits d'outrage aux mœurs dans les toilettes d'une station-service de Spy il y a sept ans.

Après cette confirmation, l'opposition Ecolo à Sambreville a demandé que M. Luperto fasse un pas de côté de ses fonctions mayorales. Celui-ci bénéficie toutefois du soutien des autres formations de sa commune.