Un édito signé Stéphane Tassin

BRUXELLES Si le scénario choisi par le Parti socialiste n’est pas une très grosse surprise, il pose quand même deux questions importantes. La première concerne Paul Magnette. Son cumul fera-t-il plaisir aux électeurs qui l’ont placé à la tête de la plus grande ville wallonne ? Une ville qui a bien besoin d’un bourgmestre à temps plein. On peut imaginer que les militants socialistes de Charleroi verront la chose d’un très bon œil. Question de prestige ! Les autres partis qui composent la majorité à Charleroi seront peut-être plus sceptiques. Quoique… Un président de parti, même ad interim, ça peut avoir de l’influence pour une grande ville. Si on le laisse faire…

Et justement, la deuxième question vise les pouvoirs qui seront octroyés à ce nouveau président faisant fonction. Sera-t-il cantonné comme son prédécesseur dans un rôle de potiche consentante ou pourra-t-il agir sans sa belle-mère directive ? À lui peut-être de le déterminer…



© La Dernière Heure 2013