Si elle est particulièrement élevée, la mortalité en avril 2020 en Belgique, estimée à 134 morts par 100.000 habitants, reste comparable à celle enregistrée lors de l'épidémie de grippe de décembre 1989.

Elle est par ailleurs inférieure à celle observée en janvier 1970 (147 morts pour 100.000 habitants), en pleine épidémie de grippe de Hong-Kong, ou lors des épidémies grippales de février 1960 (168 morts pour 100.000 habitants) et de janvier 1951 (178 morts/100.000 habitants), selon les chiffres officiels analysés par le site Archives of public health, qui regroupe une série de publications scientifiques en matière de santé publique.

Les mois de mai 1940 et de mai 1945, au début et à la fin de la 2e Guerre mondiale, se sont également révélés plus meurtriers, avec respectivement 279 et 191 morts par 100.000 habitants en Belgique. Quant à la grippe espagnole, elle a causé en moyenne 174 morts par 100.000 habitants, principalement lors du dernier trimestre de 1918. Au total, quelque 50.000 morts sont attribués à cette pandémie en Belgique. Il n'en reste pas moins qu'entre le 20 mars et le 28 avril derniers, la Belgique a été confrontée à une surmortalité importante, avec 7.917 morts de plus qu'attendus (+64,7%) alors que sur la même période, le nombre de décès attribués au covid s'élève à 7.576. Dans près de 80% des cas, cette surmortalité a touché les plus de 85 ans.

Le Royaume a également enregistré plus de 500 morts par jour durant 21 jours, entre le 27 mars et le 17 avril, et même 600 morts par jour durant 7 jours. Au total, toute cause confondue, la Belgique a comptabilisé 15.398 décès rien qu'en avril 2020, à comparer à une moyenne de 8.854 décès durant les mois d'avril de 2015 à 2019. Entre le 10 mars et le 21 juin, 9.591 morts liées au covid et 39.076 morts, toute cause confondue, ont été déclarées, souligne encore le site selon lequel le taux de mortalité du covid - pour les cas confirmés et supposés - s'est élevé en Belgique, durant cette période, à 834,5 décès par million d'habitants (soit 0,0834%).

La moitié de ces morts ont eu lieu dans des maisons de repos, seuls 43% des décès étant survenus à l'hôpital et ayant été confirmés par un test positif. Toutefois, bien que le nombre de morts enregistrés en avril 2020 soit particulièrement élevé, classant la pandémie de covid dans la catégorie des événements à forte mortalité, le taux de mortalité de ce mois n'est pas le plus élevé enregistré depuis la première Guerre mondiale, d'autres événements ayant causé davantage de décès par 100.000 habitants, conclut l'analyse.