Les chiffres du coronavirus en Belgique repartent dans la mauvaise direction. Tous les indicateurs sont en augmentation, que ce soient les contaminations, les nouvelles hospitalisations ou le taux de positivité. Des tendances qui se confirment depuis plusieurs jours et qui inquiètent les experts.

Dans les hôpitaux aussi, on commence à froncer les sourcils en regardant les courbes augmenter dangereusement. "Nous recevons chaque jour deux ou trois patients. C'est une sorte de faux plateau qui dure depuis longtemps, mais qui commence à mettre à mal notre capacité aux soins intensifs", indique Marc Noppen à Belga. "Si cette tendance se poursuit, nous devrons bientôt augmenter notre capacité à l'unité Covid des soins intensifs. Cela veut dire que cela aura un impact sur les soins non-Covid, ce que nous voulons absolument éviter".

Pour le CEO de l'UZ Brussel, l'heure n'est pas aux assouplissements, au vu des derniers chiffres. Cela pourrait mener à une nouvelle augmentation exponentielle des courbes, ce qui nous conduirait tout droit vers la 3e vague. "La semaine passée, on nous a demandé de prendre en charge des patients venant de Lille, mais nous ne sommes pas capables de les accueillir, vu que nous sommes déjà aujourd'hui au maximum de notre capacité en soins intensifs", souligne Noppen. "J'ai l'impression que ce n'est qu'une question de jours ou de semaines avant qu'on ne rouvre tout. Mais avec ces chiffres, c'est plutôt l'inverse. Nous devons nous demander s'il ne faut pas à nouveau durcir les mesures."

47 patients sont actuellement soignés à l'UZ Brussel, dont 12 aux soins intensifs. "En moyenne, les patients en réanimation sont un peu plus jeunes", souligne Marc Noppen. Par contre, les patients issus des maisons de repos ont disparu. "Le vaccin y a fait son effet. Mais les patients que nous soignons sont tout aussi malades. Le variant britannique ne semble pas causer de maladie moins grave."