Belgique

Ce mercredi, Maxime Prévot était l'invité radio de Matin Première. Le président du CDH, a taclé le PS, le MR, Ecolo, le PTB et aussi la N-VA. 

Pour Maxime Prévot, c'est très clair: le CDH ne gouvernera pas avec la N-VA dans une 'Suédoise bis'. Il appelle d'ailleurs les autres partis francophones à faire barrage au parti nationaliste. " Il n'y a jamais eu de confusion. J'ai toujours dit que le programme de la N-VA était incompatible avec les valeurs humanistes du CDH. Mon énergie sera déployée pour réellement rendre contournable la N-VA. je souhaite intensifier les relations avec le CD&V afin de reconstruire des liens forts entre les formations francophones et les les flamands constructifs et positif pour mettre hors-jeu la N-VA."

Il critique également les dernières sorties médiatiques de Jan Jambon et Bart De Wever qu'il qualifie d'ubuesques. "On entend un Jan Jambon prétendument candidat premier ministre témoigner d'un mépris total à l'égard des francophones qui sont des glandeurs dans les hamacs. Ou encore ce mécanisme fou de De Wever de vouloir indexer l'âge de la pension au delà de 67 ans en fonction du vieillissement alors que ce gouvernement n'a pas été capable de régler, au préalable, la question de la pénibilité des métiers, de l'aménagement de fin de carrière, qu'il a supprimé le bonus pension. Donc, non, en aucun cas, le CDH sera le porteur d'eau d'une 'Suédoise bis'. Il faut très clairement être dans un schéma où la N-VA est mise hors-jeu. Et c'est bien l'intention du CDH", répète Maxime Prévot.

Le successeur de Benoit Lutgen a également vivement critiqué la façon dont Ecolo "occultait son programme".

"Je voudrais rendre attentifs tous les électeurs qui se sentent portés par la soi-disant vague verte. On est tous conscients que le climat est devenu un enjeu central et devra être une priorité de la législature prochaine. Et c'est un engagement fort que formule le CDH. Mais il ne faut pas que, derrière ça, on occulte d'autres enjeux", a précisé le président du parti humaniste, faisant référence au reste du programme Ecolo.

"Quand je vois Ecolo reprendre à son compte des propositions du PTB, comme la réduction linéaire du temps de travail à 32 heures par semaine tout en continuant à en être payé 38, c'est impensable. On va flinguer notre tissu de PME et perdre des emplois. D'ailleurs, c'est intéressant de noter que le bureau fédéral du Plan a reconnu que, de tous les programmes francophones, celui qui n'allait pas créer d'emplois mais même en faire perdre, c'est le programme Ecolo."

Le bourgmestre de Namur craint qu'une majorité de personnes votent en faveur d'Ecolo uniquement pour "qu'un signal fort pour les matières environnementales soit lancé".

Il estime également que trop peu de gens lisent le programme des verts. Selon lui, Ecolo occulte une partie de son programme qui n'est pas transparent. "Des candidats Ecolo proposent la globalisation des revenus pour les taxations. Et dans les débats, ils disent que cela concerne aussi la taxation des loyers (...) c'est ça la duplicité d'Ecolo".

"Nous pensons que nous n'avons pas besoin dans ce pays du modèle N-VA défendu par le MR. Et nous n'avons pas besoin non plus du modèle PTB tel qu'il est soutenu par le PS et par Ecolo. Nous sommes une troisième voie plus réaliste, humaniste et progressive", conclut Maxime Prévot.