Très attendu par l'ensemble de la population, le Codeco du mercredi 14 avril n'a pas bien été accueilli par une partie des élus. En cause, les décisions prises pour la réouverture des fameuses terrasses.

Invité sur Bel RTL, le bourgmestre de Namur, Maxime Prévot, a estimé que ce qui a été décidé n'allait pas arranger les choses. "C'est une mauvaise décision car elle va générer un joyeux bordel. Ça va mettre l'ensemble des bourgmestres du Royaume dans un embarras majeur", a-t-il déclaré.

Alors que de nombreux restaurateurs ont annoncé une réouverture le 1er mai, peu importe ce qui aura été décidé au Comité de concertation, la décision de les rouvrir sous conditions le 8, ennuie plusieurs bourgmestres.

"À une semaine près, je pense qu'il aurait été préférable de caler la réouverture des terrasses sur la date annoncée du 1er mai car on va se retrouver face à une colère qui explose avec le risque d'initiatives sauvages et clandestines que les bourgmestres ne seront pas en capacité de canaliser", explique Maxime Prévot.

Il admet que la réouverture de l'ensemble des secteurs simultanément n'est pas concevable avec les chiffres actuels de la pandémie. Cependant le 1er aurait dû être synonyme de réouverture des terrasses. "C'est normal qu'on ne lâche pas toutes les vannes. Pour autant, il y a beaucoup d'insatisfaction quant à la cohérence des mesures prises."

Pour le bourgmestre il sera difficile pour la police de couvrir l'ensemble du territoire en cas de réouverture le 1er mai. "Croyez-vous réellement que les forces de police vont pouvoir intervenir partout pour juguler ces initiatives? Je n'ai pas les moyens de faire respecter cela."

Le bourgmestre de Namur a prévu de discuter avec le chef de corps de police et le chef du parquet. "J'ai le sentiment que cette mesure n'est pas applicable et conforme par rapport au terrain. Je ne vais certainement pas envoyer la cavalerie!", a-t-il annoncé.