Belgique Les médecins indépendants travaillant dans les établissements pénitentiaires attendent…

"Une fois de plus, une fois de trop, le ministère de la Justice, notre ministère, n’a pas respecté ses engagements écrits d’honorer les prestations du corps médical à son service".

Le Dr Paul Gourdin, au nom de l’association IMAS qui regroupe des médecins indépendants travaillant dans les établissements pénitentiaires francophones de Wallonie et de Bruxelles, a tiré la sonnette d’alarme mardi : lui et ses collègues, en dépit des promesses, n’ont toujours pas vu arriver sur leur compte bancaire les honoraires générés par leurs prestations dans les prisons pour les mois de septembre, octobre, novembre et décembre 2016.

Sachant que ces indépendants - il n’y a pratiquement plus de médecins statutaires dans les prisons - passent plusieurs jours par semaine dans les établissements pénitentiaires, week-end compris, la facture des honoraires en attente peut être très lourde.

Et le Dr Gourdin rappelle les termes d’un accord signé par la ministre de la Justice Annemie Turtelboom, le 18 mars 2014, pour mettre fin à une situation qui avait entraîné à l’époque une grève de certains membres du corps médical : "Le paiement des honoraires sera effectué chaque mois et sans interruption en cours d’année"

Visiblement, ce n’est plus le cas. "Sans aucune explication, et sans la moindre excuse de l’administration pénitentiaire, confirme le médecin qui travaille plusieurs jours par semaine à la prison de Nivelles . On a un code de déontologie, on doit continuer à assurer les soins aux détenus comme s’ils étaient en liberté. On ne va pas arrêter de travailler et les punir pour les négligences de l’État…"

Hier, une porte-parole de l’administration pénitentiaire confirmait le souci, en promettant un règlement rapide, au plus tard pour la fin du mois de janvier…